Nous quittons donc Bora (soupir…) sous un soleil radieux, pour nous envoler vers l’un des plus grands atolls du monde : Rangiroa dans l'archipel des Tuamotu.

Avant de partir en Polynésie, nous ignorions tout de l’existence de cet atoll (nous pensions même que Atoll était la marque des opticiens… La honte…) Rangiroa (Rangi pour le intimes) est un paradis pour les plongeurs (en gros, tous plongeurs qui se respectent doit aller plonger dans la passe de Tiputa ou Avatori une fois dans sa vie...) Cette renommée internationale est due à la présence de nombreux requins, de raies, dauphins et tous grosses bestioles aquatiques vivant en synbiose… C’est pour cela que nous avions gardé cette île en dernier afin que Guich puisse passer son OPEN et puisse bénéficier des conditions optimales pour vivre cette expérience unique !

Mais avant, je dois vous raconter notre arrivée à Rangi. Donc nous avons quitté Bora, dans la tristesse de quitter un lieu aussi merveilleux, pour arriver sur un atoll où le standing était d’un tout autre niveau… Ca y est ! Je commence à parler comme une vieille bourgeoise qui ne fait que des 5 étoiles… Mais il faut dire que le temps n’a pas vraiment aidé… Il faisait gris et orageux et il n’y avait pas âme qui vit sur cet atoll. Nous sommes passés de l’Intercontinental à la pension de famille. Le bungalow sur pilotis s’est transformé en bungalow sur pilotis sur plage de coraux d’un tout autre charme, douche suspecte, moustiquaire avec cadavres de moutique et serpentins laissent présager des nuits mouvementées, et spartiate… En gros le choc culturel est fort, j'ai l'impression de me retrouver à Sabang... (cf blog Indonésien) Mais nous nous y attendions et avec notre optimisme de vacanciers, nous avons loué des vélos (eh non plus de club car, ou navette bateau pour t’emmener partout… Soupir) et sommes partis à la découverte du bout de l’atoll et aussi pour nous renseigner sur les clubs de plongée !


Impression générale… C’est vraiment pas très touristique et les seuls habitants que nous croisons sont des vieux cabots tous moches qui courent après les scooters et les passants… La bande de terre doit faire entre 6 et 10 m de large, donc la mer est omniprésente. Nous prospectons dans 5 ou 6 clubs avant de fixer notre choix sur le club où nous avions déjà plongé à Bora. Ceci fait nous rentrons à la pension Martine où nous réservons une excursion le lendemain. Il faut avoir des projets si nous ne voulons pas mourir de déprime…

La fin de journée est bien moins morose, nous avons fait la connaissance de nos hôtes, Tino et Martine qui sont très sympathiques et avec qui nous dinons de poissons frais crus et marinés.  Ils partagent avec nous leur amour de la culture polynésienne et nous nous couchons ravis de ce riche échange.

Lagon/mer   Bungalow

 

Départ pour l’île aux récifs, Léon (le sosie de Ben Harper !!) est venu nous chercher à la pension, 3 autres couples étaient déjà dans le 4x4 et nous avons pris un petit bateau pour une heure de traversée… Le confort est discutable et il n’y a pas grand chose à voir à part une tortue qui se balade dans le lagon… Mais à l’arrivée, c’est tout simplement Koh Lanta… L'île déserte avec eau turquoise et cocotier...


Eau translucide    Eau translucide

Ile deserte para    Cocotier

Petite ballade et snorkeling avec bénitier et petits requins avant de nous diriger vers le sud de l'atoll et nous découvrons un paysage complètement différent. Un tremblement de terre a fait basculer cette partie de l'île et les coraux qui s'y trouvaient se sont retrouver au dessus de la surface de l'eau. La mer, les vagues et la pluie ont fait leur oeuvre et celà donne un paysage lunaire où des coraux gris et très coupant font surface. Des piscines naturelles serpentent entre les coraux. C'est magnifique ! Le guide nous présente des oursins crayon que nous prenons dans nos mains. Cela n'a rien à voir avec les oursins de chez nous.

Lunaire    Corail

Corail coupant    

oursin crayon

Nous rejoignons le camp où un délicieux déjeuner nous attend. Poisson cru à la tahitienne, poulet roti, pain coco, salade de riz, un vrai festin ! Séance de shark feeding, au bord de la plage, une cinquantaine de petit requin pointe noir attendent leur part du festin. Après ça, cours de tressage de feuille de cocotier pour obtenir un super sac à main (a nouvelle collection de Gucci n'a qu'à bien se tenir !!)

Tissage

Recette du pain coco

250 g de farine
1 cuillerée à café de sel
20 g de levure de boulanger
80 g de sucre
100 ml lait de coco
30 ml eau
tiède

Dans une terrine, mélangez la farine et la levure. Ajouter le sel, le sucre et mélangez à nouveau.
Incorporez le lait de coco puis l'eau tiède progressivement jusqu'à obtention d'une belle pâte lisse, souple et homogène.
Pétrissez au minimum 10 minutes sur un plan de travail fariné ou dans votre machine à pain.
Après le pétrissage, disposez la pâte en boule dans une terrine, couvrez d'un torchon et faites lever la pâte 2h dans un endroit tiède et humide à l'abri des courants d'air. Elle doit doubler de volume.
Après ce temps, rompre la pâte du poing. Faites un second pétrissage rapide à la main ou en machine à pain.
Beurrez et farinez un moule à cake. Disposez-y la pâte.
Faites lever à nouveau la pâte dans les mêmes conditions que précédemment pendant environ 2h jusqu'à ce qu'elle atteigne le bord du moule.
Préchauffez le four à 190°C
Après cette seconde levée, dorez la pâte avec le mélange jaune d'oeuf-lait de coco, délicatement, au pinceau.
Faites cuire le pain coco dans le four préchauffé jusqu'à ce qu'il soit légèrement doré et qu'une lame de couteau en ressorte sèche, temps de cuisson 25 min
Laissez refroidir sur une grille avant de démouler.




Nos deux derniers jours à Rangi sont dédiés à la plongée. Guich finera de passer sont OPEN avant de faire une magnifique plongée au niveau du récif de Tiputa. Pour ma part, au niveau de la passe de Tiputa, j'ai cotoyé une quantité innombrable de requins  Requins pointe noire, requins pointe blanche de récif, requins gris forment un parterre inquiétant et en même temps fascinant.  Ils se font nettoyer dans leur station de nettoyage. Au dessus de nos têtes et en dessous, nous sommes encerclés. L'expérience est extraordinaire ! Au détour du grand bleu, une famille de quatre dauphins nous accompagne dans notre exploration. Tortues, poissons napoléon, murènes, poissons de récif en tout genre de toutes les couleurs,  barracudas tournant au dessus de nos têtes sont des souvenirs que je garderai dans ma tête comme une expérience unique. Au gré du courant, nous nous laissons porter à l'intérieur de la passe et nous assistons à un spectacle extraordinaire avant de nous retrouver dans le lagon.

Quart d’heure culturel
Alors quelle est la différence entre une île haute et un atoll ? Si j’ai bien compris les explications de notre ami Stéphane,

-       une île haute est une montagne émergeant de la mer. Elle est entourée d’une ceinture de corail (appelé le récif barrière) Entre l’île et le récif, il y a le lagon, dont les eaux peu profondes accueillent de nombreuses espèces aquatiques privilégiées et le bleu turquoise contraste avec le bleu profond de l’océan. Les archipels de la société, des Australes et des Marquises sont composés d’îles hautes.

-       L’atoll est composé d’une ceinture corallienne émergée qui renferme un lagon. C’est une bande de terre constituée par des débris de coraux. Le paysage est totalement diiférent de celui de l'île haute.






 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site